Mauvaise nouvelle en vue pour les automobilistes sénégalais ?

Des acteurs du secteur des hydrocarbures craignent une hausse du prix des carburants, après les dernières taxes imposées aux contribuables. On en cite les 3 % de prélèvement pour la modernisation de la douane, les 0,2 voire 0,4 % du Cosec, les 12 % de prélèvement de conformité fiscale (Pcf)…

Ces taxes sont à même d’impacter les services des acteurs économiques et de faire répercuter ces prélèvements sur les services fournis. A cela, il faut ajouter la montée du cours du baril à l’international. Au niveau mondial, le cours du Brent a atteint 80 dollars, rapportent des sources, qui ajoutent que c’est le plus haut niveau de prix depuis 2018. Elles indiquent que cette hausse, déjà effective à l’extérieur, est due à la forte demande à cause de la reprise économique et au coût du fret encore élevé.

Malgré cette tendance au niveau mondial et en dépit des craintes, certains acteurs au cœur du secteur des carburants, ne décèlent «pour le moment»  aucun signe qui alerterait. Contacté, un responsable d’une organisation syndicale qui évolue dans le domaine des hydrocarbures, dit n’avoir «aucune idée quant à une éventuelle hausse». Selon lui, il ne voit aucune hausse «envisageable» en dépit de la  tendance  mondiale  et  des  récentes taxes imposés aux acteurs économiques. Dans tous les cas, les Sénégalais espèrent ne pas à payer encore, déjà, étranglés par les prix des denrées. La conférence de presse du syndicat des hydrocarbures qui devait se tenir hier, a été reportée à mardi prochain.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 + 27 =